20 novembre 2012 ~ 0 Commentaire

Les mots dits d’Andréas Becker

Les mots dits d'Andréas Becker dans Le savoir beckerweb32-211x300

Du repas à la rencontre

J’aimerais vous parler de l’écrivain que nous allons rencontrer le vendredi 30 novembre prochain à Bolbec (76).

Le but n’est pas publicitaire. Je dirais juste que pour celles et ceux qui ne viendront pas, c’est dommage.

L’effrayable qu’Andréas a publié aux éditions de la Différence est un OVNI littéraire.

Vous parler de ma découverte est peut être la meilleure façon de vous faire comprendre ce livre.

Un café littéraire itinérant a été programmé afin de présenter la rentrée littéraire de septembre. En mai, j’ai commencé à regarder quels nouveautés me semblaient intéressantes. Lorsque j’ai découvert ce titre à paraître, le sujet me semblait original, l’éditeur de qualité et c’était un premier roman. Donc, une demande a été faite à l’éditeur.

Il est arrivé parmi les 26 autres titres que j’avais sélectionnés.

Lorsque j’ai lu la première page, j’ai pensé que l’auteur cherchait à créer un style. J’ai avancé et à la quatrième page me suis posé la question si je n’allais pas laisser tomber tant l’écriture était désarmante. Et puis, je me suis dit que ce serait vraiment surprenant que la qualité ne soit pas nichée quelque part. J’avais reçu Sapho lors d’un Salon autour du Livre dans la Manche en 2004 alors que venait de paraître Le livre des 14 semaines chez ce même éditeur.

J’ai continué la lecture et alors, un revirement total s’est effectué; j’ai vite senti le rhytme Beckerien s’imprimant en moi et l’histoire s’est incrustée  poussée par une langue brute et terrible. J’ai été happé par le récit.

Lorsque j’ai posé le livre, le titre résumait son contenu: Effrayable!

Il m’a fallu une bonne semaine, je continuais mes lectures, avant que je me décide à le relire. Mais là, tout haut. Et ce fut une révélation. Une langue extraordinaire créait des mots sur les maux. Je découvrais alors que la première lecture n’avait été qu’initiation. Il me semblait à certains moments vivre les tragédies décrites non pas par l’auteur mais par l’écrivain. Je sis sorti de cette voix haute abasourdi.

J’ai commencé à chercher qui était cet Andréas Becker.

J’ai découvert qu’un site existait autour de ce livre et qu’une bande-annonce avait été créée pour sa sortie.

http://leffrayable.wordpress.com/

La bande-annonce reflétait ce que j’avais lu, puis je découvrais des vidéos sur Andréas Becker, non pas son livre mais ses livres. J’ai appris beaucoup de choses sur ce roman, entre autres que derrière les lignes se cachaient des surprises. J’ai donc lu une troisième fois L’effrayable

Cela ne m’arrive que très rarement; en + de vingt ans en tant que libraire, 2 ou 3 fois.

Vous comprendrez que ce fut pour moi Le roman de la rentrée et dès que j’en relis un passage je frémis, je tremble tant il se dégage de force au fil des pages.

Lorsque j’ai téléphoné à Andréas pour l’inviter à venir, j’ai rencontré au bout du fil une personne fort sympathique, ne se prenant pas la tête et heureux de venir, en toute simplicité.

Ce sera un grand moment…

Quelques liens:

https://pinterest.com/cottinpascal/andreas-becker/

http://lantidote.hautetfort.com/#

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Art dream and love |
Administratifservices |
Unionlocalecgtduvaldelorraine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Yangloyui36
| Jaifait1revolution
| Pasfamarzhong